La révolution textile, une marque engagée

Processed with VSCO with hb1 preset

Par un samedi ensoleillé, je me suis rendue en vélo à l’Atelier tenu par plusieurs artistes/créatrices toulousaines, Mulot B (dont je vous ai déjà parlé à maintes reprises^^), Halo qui fait de très jolies objets en céramique et Mi-Avril dont vous pouvez voir les guirlandes en papier juste dessous (ne sont est elles pas TROP belles?).

Bref, je suis déjà fan (oui oui en mode groupie) de leur travail à toutes les trois, mais cette fois ci je leur ai rendu visite à l’occasion d’un évènement particulier. Myriam y présentait sa marque La Révolution Textile tout le weekend et je ne pouvais pas louper ça.

Enfin si, techniquement on s’étais déjà ratées lors de l’évènement Malmö & Luleå l’hiver dernier (merci la SNCF) et cette fois ci je ne comptais pas la laisser filer… Ou ne pas arriver (rapport au train) 😉

J’ai donc pu discuter longuement avec elle et je suis définitivement conquise par ce qu’elle à créé, tant du point de vue qualitatif, écologique et humain.

Processed with VSCO with hb1 preset

∴ L’HISTOIRE DE LA MARQUE ET SON ENGAGEMENT. Si vous n’avez pas pour habitude de lire le “à propos” des sites sur lesquels vous acheter en ligne, je vous encourage à prendre cette habitude…  Mais comme je suis sympa, je vais vous faire un petit résumé^^.

Myriam (la fondatrice) à longtemps travaillé dans la mode, c’était son rêve depuis enfant mais les conditions de production ainsi que le manque de transparence ont fini par ne plus être compatible avec ses valeurs et elle à commencé à chercher des alternatives plus slow. Ne trouvant pas ce de quoi faire son bonheur elle à décidé de créer une marque regroupant ses dernières, à savoir traçabilité, fabrication locale et écologie.

Le truc carrément génial qu’elle à mis en place c’est une page spéciale sur sa boutique en ligne, qui permet de suivre de manière interactive toutes les étapes de production.

La production et la confection sont réparties entre la France et le Portugal et pour chaque étape, vous pouvez retrouver la ville, l’entreprise ainsi que les labels obtenus (Oeko Tex, FSC, imprim’ vert…). Cette transparence est la première raison pour laquelle j’ai eu un coup de coeur.

 

Processed with VSCO with hb1 preset

La deuxième raison concerne la matière utilisée. Quand Myriam à lancé sa marque elle avait choisi de travailler le lin et la laine. En septembre 2016 elle part visiter l’exploitation de son producteur de laine et tout bascule. Elle est confronté à une mentalité très fermée et dure et à la réalité de cette “production”. La vente de laine ne représente qu’une infime partie du travail des éleveurs de mérinos (trop peu rentable), je vous laisse imaginer en quoi consiste la suite… En rentrant chez elle elle entame une profonde réflexion et décide d’arrêter la laine pour se consacrer au lin à 100%. Je salue cette prise de décision d’autant plus que cette matière n’a rien à envier à la laine. Elle est tout aussi chaude, ne nécessite aucune exploitation animale et est très écologique.

La France est le premier producteur de lin au monde (85% de la production). Tout se passe en Normandie ou l’alternance soleil/pluie convient parfaitement à cette culture. Le lin pousse là bas comme une mauvaise herbe et n’a pas besoin d’être irrigué, il est donc très écologique et sa culture ne nécessite que très peu voire pas du tout de produits chimiques.

Enfin, elle pousse son engagement jusqu’au bout en envoyant ses commandes dans des enveloppes de chez Pocheco, le papier kraft est fabriqué dans les Landes et même la ficelle des paquets est faite en lin. Que demander de plus?

 

Processed with VSCO with hb1 preset

LES PIÈCES. La collection actuelle est la 6ème pour cette marque et on compte entre 4 à 6 pièces par collections. On est loin du fast fashion et de ses pièces renouvelées toutes les semaines non?  J’ai particulièrement apprécié ce détail. Se concentrer sur un nombre limité de pièces est, selon moi, un gage de qualité et d’engagement dans la mesure ou de telles prises de positions nous incitent à consommer moins, plus juste et de manière efficace.

Les pièces sont intemporelles. Comme dit si bien Myriam, “je souhaite que mes pulls puissent être portés par une jeune fille de quinze ans comme par une femme de 65 ans”. C’est ce que j’appelle des basiques. Ceux dont vous ne vous lasserez pas dans deux saison, quand l’imprimé “feuille de monstera” sera passé de mode (Quoi? J’ai plusieurs pièces de se genre? Il faut bien s’amuser aussi non?). Personnellement je conçois mon dressing de cette manière : Les trois quarts sont des basiques aux couleurs neutres et aux matières qui durent dans le temps, le quart restant est destiné à mes folies de couleurs et d’imprimés… Les pièces de La Révolution Textile sont de ceux là, que vous pouvez mixer avec tout.

Vous pouvez tout de même trouver des couleurs (végétales bien sûr) qui “claquent” comme le corail du t-shirt de la collection d’été 2017 ou le beau rouge bordeaux du pull. D’ailleurs je peux d’ores et déjà vous parler des couleurs de la future collection d’hiver : Pétroline, Pain d’épice et Sienne… Ça me laisse rêveuse.

Processed with VSCO with hb1 preset

J’espère que ce nouveau thème vous plaît. Bien que je ne sois pas une grosse consommatrice en matière de vêtements et que la mode ne soit pas la première de mes préoccupations, j’aime mettre en avant des créateurs aux engagements qui me parlent.

4 commentaires sur “La révolution textile, une marque engagée

    1. Oh merci!! Ce que tu me dis me touche beaucoup 🙂 J’essaie de partager mon univers en toute simplicité et je suis ravie que ça te plaise <3

Laisser un petit mot